Témoignages

D'apiculteurs (et ...d'Apicultrices) amateurs ayant commencé l'aventure

J'ai choisi de mettre en ligne l'expérience des stagiaires qui ont commencé leur première expérience en apiculture naturelle.
Merci à eux, d'accepter de la raconter sur cette espace !
Maintenant, au vu de ce qu'ils ont vécu, on pourrait penser qu'il semble très difficile, voire impossible, d'implanter un rucher en Gironde...
La présence de nids de frelons asiatiques, nombreux et proche des ruchers, rendant toute tentative, relativement périlleuse...

Et pourtant !

A Mios (33),

En mai 2015, j'ai installé deux ruchers de 3 ruches à Mios (à mon domicile) et à Lillet (en forêt).
J'ai acheté des colonies d'abeilles noires chez Laurent CHEBASSIER, apiculteur professionnel à Marcheprime.
Elles se sont bien développées, les frelons (asiatiques et européens) ont fait leur apparition assez rapidement.
J'ai fait différents essais de systèmes de protection (filets, grilles, muselières maison...), j'ai placé des bouteilles pièges et usé de la raquette de badminton.
La pression n'a pas été trop forte avec au maximum 4/5 frelons en simultané sur les ruchers. Les nids devaient être suffisamment éloignés.
Début novembre 2015, je regroupe mes ruchers en un seul, chez moi, à Mios soit 6 ruches.
Toutes ont plus de 10 kilos de miel pour passer le premier hiver. En cette première saison, je n'ai prélevé que 6 kilos sur la plus forte.
L'hiver 2015/2016 est très doux, les abeilles restent actives pratiquement tout le temps. Elles n'hibernent qu'à peine 15 jours. Dès fin janvier 2016, elles commencent à rentrer un peu de pollen, elles n'ont pratiquement pas touché aux réserves de miel.
Dès mars, je mets les pièges bouteilles anti-frelons et j'en capture une vingtaine (moitié asiatiques, moitié européens).
Puis le printemps désastreux arrive, près de 60 jours de pluie en avril/mai.
Les abeilles ne pouvant sortir consomment toutes les provisions, je suis même obligé de nourrir les deux colonies les plus faibles...
Heureusement, le mois de juin est chaud et ensoleillé, le pollen et le nectar rentre à flots, les éléments se remplissent à nouveau très vite.
J'installe la ruche horizontale avec un essaim cueilli, elle se développe remarquablement bien.
Jusqu'à fin juillet, les abeilles sont libres d'aller et venir en la totale absence de frelon.
Seuls quelques "Européens" sont présents, sans les déranger plus que ça.
Les premiers frelons asiatiques font leur apparition début août, sur Mios. 
Je mets en place les muselières, j'abaisse les portières métalliques à 7 mm, je recharge les pièges et j’affûte le bras et la raquette de badminton...
La guerre est déclarée !

Et de guerre, il n'y aura, au mieux, que quelques batailles, escarmouches, les frelons n'étant jamais plus de 3 ou 4 en simultané sur le rucher.
Les gardiennes arrivent à bien faire leur travail, aucun ne passe les muselières.
L'été est très sec, les fleurs donnent peu de nectar.
Fin août, début septembre, je récolte une trentaine de kilos de miel sur 4 Warré et sur la ruche horizontale. 
Toutes ont encore plus de 10 kilos pour passer le prochain hiver.

Alors surement ai-je eu, plus de chance, qu'aucun nid de frelon ne se soit installé plus près de mon rucher, oui j'en conviens.
Le piégeage de fin de saison et de mars a-t-il peut-être capturé des fondatrices qui n'ont pas, de fait, créé de colonies à proximité.

Mais oui, il est possible d'installer des ruchers en Gironde et de voir ses abeilles se développer sereinement.

Croisons les doigts pour la saison à venir et restons confiants !

Apicolement votre,

Laurent  -  ;o))

PS : Vous aurez compris que je relate ici mon expérience, pour dire que c'est possible.
Je sais que d'autres ont aussi commencé et passé avec succès cette première année de démarrage.
Alors n'hésitez pas à venir nous relater ici votre aventure !

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

A Gujan-Mestras (33),

Première expérience d’apiculture. 
Au départ 2 ruches en kit et 2 essaims achetés mis en place début avril. 
Bon départ malgré un printemps froid et pluvieux. 
Puis en juin une première ruche a essaimé dans le jardin, sous nos yeux. Magnifique !  
Jean Marc est venu le récolter et l’a mis en place chez lui. 
Puis 2 essaimages de la seconde ruche, que nous avons récoltés et mis en place chez nous avec des ruches fabriquées maison. 
Les 3 essaims faisaient environ 1kg300 chacun. Pas bien gros mais viable bien que tardif.
Essaimage des deux premières ruches, petits essaims sur les deux autres, elles ont du faire face à la teigne mais se sont bien défendues (trouvé des larves propolisées) au varroa (vu des abeilles atrophiées) mais surtout le frelon en grand nombre chez nous. 8 à 10 frelons par ruche tout l’été malgré la mise en place de pièges, cages et raquette de badmington
Les 2 premières ruches se sont éteintes tout doucement. Pas de reine ???
La troisième s’est vidée d’abeilles et de miel du jour au lendemain en octobre. Essaimage ????
Sur ces trois-là très peu de couvain. Des ébauches de cellule à reine.
La dernière, a été attaqué par les frelons qui ont fini par rentrer dans la ruche et ont  fait un carnage.
sur celle-ci il y avait du couvain, du pollen, du nectar et bien du miel.
Les ruches étant saines nous avons récolté 10 kg 840 de miel. La cire et la propolis.
Bien triste fin pour mes petites abeilles qui me manquent déjà. Vivement le printemps prochain qu’on retrouve des essaims.
La pression des frelons s’est accentuée sur octobre à une période où elles sont moins nombreuses. Nous pensons réduire les grilles d’entrée et peut être avancer un peu la date de traitement du varroa.
Nous avons le projet d’une ruche horizontale. Plus elles seront nombreuses, plus elles pourront faire face aux frelons.

Merci encore et encore à Laurent pour sa présence, sa patience et ses bons conseils tout au long de cette année apicole.

A bientôt pour de nouvelles aventures.
Amitiés, 


Brigitte et Christian

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

A Gujan-Mestras (33),


Bonjour à Tous,

Notre décision de se lancer dans l’apiculture Naturelle est arrivée lors de la  journée verte de Gujan-Mestras en 2015, sur le stand de Laurent.
 Du coup on s’est inscrit, Dominique et Moi (Jean-Marc) à sa formation que nous avons suivi, début avril 2016. 
Entre temps, nous avons démarré la construction de ruches Warré avec du bois de la forêt usagère  (http://addufu.org/)
40 € de bois de pin non raboté avec lequel nous avons construit 5 ruches (5 planchers, 18 hausses, 5 demi hausses), avec la quincaillerie les ruches nous ont coûtées 40 € pièce, le gros du travail, c’est la découpe du bois et l’assemblage

Nous avons acheté 2 colonies (100 € pièce) chez Laurent Chebassier à Marcheprime, suite à l’atelier enruchement  que Laurent a prodigué chez Brigitte et Christian le 24 avril, nous avons enruché notre colonie N°1
La colonie N°2 a été enruché mi-mai (décision de partir sur 2 colonies)
Le 27 mai nous avons cueilli un essaim à Gujan qui s’est installé rapidement sur 6 cadres puis a stoppé sa croissance et disparu début Août (Fausse Teigne) Colonie 3.1
Le 4 juin nous avons cueilli un essaim de 1,65 kg chez Brigitte et Christian issu de leur colonie Maya, Colonie 4
Le 23 Août, j’ai cueilli avec Laurent un petit essaim à Arcachon qui a disparu le 11 septembre Colonie 3.2
Enfin fin septembre, j’ai cueilli un petit essaim tardif à Andernos Colonie 3.3
Nous avons cueilli 9 essaims dont 3 avec Laurent et 3 avec Brigitte et Christian.

Au niveau Frelons, les ennuis sont arrivés en Août, du coup j’ai réglé les portières à 6 mm pour éviter qu’ils rentrent dans les ruches et construit 4 muselières, sinon nous avons des pièges bouteilles et la fameuse raquette Badminton

Au niveau miel, pas de récolte mis à part lors de l’enruchement de la colonie N°2

Au niveau réserve pour l’hiver les colonies achetées ont moins de réserve (5 Kg) que la N° 4 (7 Kg), je ne parle pas de la N°3 qui est en mode nucléus, du coup on a remis les nourrisseurs histoire de leur apporter un appoint
 Au niveau hausse, les colonies achetées sont sur 3, les 2 autres sur 2

Au Niveau sanitaire :
Peu de varroa, environ 10 au comptage, puis 5 après traitement HE
·     - De la fausse teigne dans la colonie 3.1
·     - Capture de quelques sphinx tête de mort au niveau chasse abeille
·     - Un syndrome d’effondrement sur la colonie 2 que l’on a cru perdre
·     - A noter aussi une voisine grincheuse à cause des abeilles autour de sa piscine
On envisage aussi de construire une ruche horizontale suite au retour positif de Laurent

En conclusion, la plaie ce sont les frelons asiatiques, si quelqu'un a une solution miracle nous sommes preneurs...

Nous tenons à remercier Laurent pour son accompagnement

Cordialement, Dominique et Jean-Marc 


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


A Villenave d'Ornon (33)

Bonjour à tous, 

Notre première  expérience (auto-construction de 3 ruches Warré vitrées, abeilles noires achetées à Marcheprime fin mai)

Nous installons 2 ruches d’abeilles noires dans notre jardin à Villenave d’Ornon au début du mois de juin,un filet de protection de 2 m de hauteur  est mis en place afin de nous protéger, très efficace, les enfants peuvent regarder de très près les ruches.
Une troisième ruche est créée avec uniquement des butineuses.
Les 3 ruches fonctionnent très bien, le pollen rentre, nous sommes très heureux de découvrir le fonctionnement au quotidien de nos petites amies les abeilles, c est fabuleux !!!

Nous mettons en place à la fin du mois de juillet un élément supplémentaire dans les 2 ruches principales.
La petite ruche de butineuses décline (logique, pas de reine), les premiers frelons asiatiques font leur apparition, nous les exterminons à la raquette.
   
Au début du mois d’août nous installons 5 pièges autour et dans le rucher tellement les frelons sont nombreux , nous pensons même qu’ils reconnaissent la raquette car certains s’enfuient à sa vue.
En septembre, nous mettons en place des muselières, des grilles anti-frelons et enfin une harpe électrique entre les ruches (dimensions 1 m sur 60 cm  avec 2000 Volts),une des colonies d’abeilles plus agressive tue des frelons qui  arrivent à passer dans la muselière.

De nombreux frelons  se battent entre eux  et finissent par "cuire" sur la harpe en se poursuivant.

Malgré toutes ces défenses les  frelons sont de plus en plus nombreux et nous sommes à notre troisième raquette de badminton !! sans parler d’une tendinite au niveau de l’épaule, c’est dire le nombre de prédateurs exterminés !….

En octobre, les ruches déclinent les éléments du bas sont pratiquement construits mais non utilisés , pas de trace de nectar ni de couvain nous sommes découragés les frelons arrivent toujours par vagues de 6 à 8, nous passons beaucoup de temps à protéger autant qu’on le peut les abeilles.

A la fin du mois d’octobre malgré tout nos systèmes de protection les frelons ont pénétré dans les ruches.

Au début du mois de novembre nos abeilles ont totalement été décimées, vous imaginez  notre  déception.

Aujourd’hui (mi-novembre) les arbres ont en partie perdu leurs feuilles et nous découvrons  alors avec grande stupeur et horreur un énorme  nid de frelons asiatiques totalement invisible jusqu’alors, dans le très gros chêne américain de notre voisin (à 50 m du rucher hauteur 25/30 m).

Malgré cette finalité désastreuse, nous sommes prêts à recommencer dès le printemps une nouvelle expérience, nos 3 ruches sont prêtes à héberger de nouvelles colonies, pensez à nous si vous trouvez des essaims.

Nous avons récolté environ 6 kg de miel que nous aurions préféré laisser à nos petites amies.


Françoise et Claude